Basket31.tv

L'essentiel de l'actu basket en Midi-Pyrénées

Le maître à jouer, qui est aussi le maître artificier, du VCGB, David Seremet se prend au jeu et répond lui aussi à notre petit questionnaire durant ce long confinement qui dure, tout en attendant le retour au jeu au plus vite pour les Gersois.

Pouvez-vous vous présenter, nous faire un petit récap de votre carrière ?

Seremet David, néo-Gersois, j’ai commencé le basket en Slovénie où j’ai réussi la montée en deuxième division avant de me retrouver en France grâce à un agent escroc dans un petit club en R2, la JIL Colayrac. Deux saisons plus tard, direction Pau Nord-Est en N2 pour une année avant de revenir dans le Lot-et-Garonne avec l’Agen Basket Club où j’ai passé 4 saisons. Et depuis août 2016, par la faute de Fred Zadro, je porte les couleurs du VCGB avec qui j’ai vécu la N2, N3 et la période du Covid.

David Seremet, excellent le ballon à la main et dans le jeu hors ballon (Photo : Sébastien Clavaud)

Comment vous êtes-vous entretenu pendant le confinement et cette période d’inactivité ?

Vélo, course à pied, musculation, je n’ai jamais arrêté au final, c’est l’avantage quand on habite à la campagne et qu’on peut se servir des sentiers moins connus.

Quelles sont vos ambitions/objectifs pour cette saison, puis à plus long termes ?

D’abord on va attendre de pouvoir rejouer… Ce qui semble être un objectif long terme en ce moment… Et après faudrait remonter en N2 dès que possible !

Pourquoi avoir choisi le VCGB ?

Les belles valeurs humaines des personnes qui se donnent pour le club, l’ambiance des arènes et le fait que le club était en N2 quand on m’avait contacté.

Comment combiner le basket avec la vie de famille/travail ?

Ceux qui ont envie trouveront toujours une solution pour vivre leur passion, mais il ne suffit pas juste de le penser, les efforts il faut les faire !

Comment envisagez-vous la reprise et la fin de saison ?

Si cela dépendait de moi, on n’aurait jamais arrêté… Il me tarde de reprendre et j’imagine que c’est pour tout le monde pareil… Donc #laisseznousjouer

Pouvez vous nous décrire une semaine ‘’type’’ ?

David Seremet est désormais converti à le religion Gersoise (Photo : Sébastien Clavaud)

Compliqué de décrire une semaine type, mais on peut compter entre 5-7 séances de sport par semaine avec une journée de repos actif, mais le programme s’adapte selon les missions professionnelles et les contraintes météorologiques.

Pouvez vous nous donner vos points forts/faibles, les choses à améliorer/travailler ?

Point fort c’est le scoring et jeu avec le ballon ; pour le point faible c’est le rebond (faut bien laisser des trucs à faire aux intérieurs…)

Que faites vous en dehors du basket pendant vos temps libre ?

Du sport, de la cuisine et surtout embêter ma femme.

Qu’allez vous faire après la retraite sportive ?

Du sport et avec sûrement du coaching, je me testerai peut être en tant que dirigeant ou directeur sportif, on verra quelles portes vont s’ouvrir ou se fermer.

Categories: NM3

Comments are closed.